Ainsi, ce n’est pas parce que ses membres sont pécheurs que l’Église doit accepter cet état de fait sans rechercher à se convertir, à convertir ses membres, à leur proposer un chemin de conversion et de sainteté. Tous les membres de l’Église, ses ministres compris (évêques, prêtres, diacres), doivent se reconnaître pécheurs. C’est le sens de l’acte pénitentiel prononcé au début de chaque célébration eucharistique.

Si le péché affecte toute l’Église, la sainteté de chacun peut aussi la faire rayonner. Face aux scandales qui entachent le visage de l’Église, le chrétien ressent un sentiment d’indignation. Mais il se sent aussi impliqué dans la réparation de ces fautes, car tous les chrétiens sont membres de ce même corps qu’est l’Église.

Aussi il ne faut pas confondre ‘sainteté’ et ‘perfection’. La perfection est un désir humain, tandis que la sainteté est une « vocation », un appel de Dieu et un chemin à vivre avec l’aide de l’Esprit Saint.

Nous nous rappelons que Jean-Paul II a prononcé plusieurs demandes de pardon historiques pour des fautes commises dans les siècles passés. Pourquoi ? Si l’Église est sainte, elle est atteinte par le péché de ses membres et elle assume réellement en elle ce péché, comme le Christ a pris sur lui le péché du monde.

Jérôme Chéreau

Horaire des messes
Samedi 18h30
ou        
Dimanche 10h30
en alternance

---       
Bouguenais
ou       
La Montagne
en alternance

Annonces
de la semaine

 

Temps forts 2018